drive_accueil
Coulon Le coeur du pelican

Le cœur du pélican de Cécile Coulon

Viviane Hamy , 2015

A l'adolescence, Anthime va trouver le moyen de se distinguer et de se faire connaître. Lors d'une kermesse, il s'illustre par sa rapidité au jeu de quilles. Il n'en faut pas plus à Brice, un entraîneur obèse et bonhomme, pour l'enrôler dans la course à pied. Anthime, surnommé le Pélican, excelle dans cette discipline et devient un exemple et un symbole pour toute la région. Sa voisine Joanna l'adule mais le coureur n'a d'yeux que pour Béatrice, une camarade de classe, belle et charnelle, et qui ne reste pas, elle non plus, insensible à son charme... La veille d'une course déterminante, ils échangent un baiser qui scellera leur relation devenue désormais impossible à cause de la chute d'Anthime, qui s'effondre aux portes de la gloire...
Vingt ans plus tard, alors qu'il a tout abandonné, désormais bedonnant, et qu'il vit un amour médiocre avec Joanna, Anthime reçoit un électrochoc. Il sort de sa torpeur lorsque ses anciens camarades de classe lui lancent le défi de traverser le pays en courant.

Ce roman est l'illustration de l'ascension et de la chute d'un héros. La désillusion après avoir fait naître tant d'espoir dans la communauté. Anthime à la course comme en amour ne voulait pas décevoir. Sa blessure le contraint à se rabattre sur une vie qui le dégoûte, une femme qu'il n'aime pas mais qui est présente, alors qu'il rêve de la belle Béatrice. Vingt ans de compromissions vont passer, vingt ans de laisser-aller. Suite à une réflexion d'un de ses anciens camarades, il va reprendre l'entraînement. Il va vouloir prendre sa revanche. Il va traverser le pays en courant. « Le cœur du pélican » est un roman riche, foisonnant. Ce n'est pas un roman sur la course à pied, c'est beaucoup plus que ça. C'est autre chose. Après quoi court Anthime à part la reconnaissance? Il court après lui-même, il se cherche. Un roman passionnant où la psychologie des personnages est décortiqué, leurs relations entre eux disséquées, le tout porté par un style précis, vif, inventif, dynamique, on ressent presque physiquement les douleurs éprouvées par Anthime. Un roman magnifique par Cécile Coulon, une auteure qui m'avait déjà bluffée avec « Le roi n'a pas sommeil ».